&p=page_d_accueil &p=page_d_accueil

  • IMPORTANT !!!! Découverte d'une nouvelle espèce dans le genre Humain

    Les anthropologues de la Seine-St-Denis ont pu identifier de nouveaux spécimens d’une variante de l’être humain connue sous le nom scientifique de:

    "Homos-erectus-cul-bas des banlieues"

     Ces spécimens sont le résultat de la dérive due à une position et des gestes constants des extrémités supérieures saccadés.

    De nouvelles recherches ont montré:

    ·   un raccourcissement des jambes et un endurcissement du crâne; une diminution du système nerveux et du volume du cerveau (1/10 du volume normal en comparaison avec l’être humain normal).

    ·   avoir les jambes courtes et le corps à proximité du sol produit une hypertrophie des organes génitaux.

    ·  Cela pourrait expliquer leurs difficultés à établir une communication verbale intelligente.

    ·   Au niveau social le manque de langage verbal et les quelques expressions que les scientifiques ont observés sont inarticulés et inintelligibles.

    ·   Comme d'autres ont clairement différencié, les traits sous la casquette ou la capuche utilisée en toutes circonstances.

    ·   L’incapacité à une marche normale est permanente de sorte qu'il se déplace avec des mouvements désordonnés des pieds et des mains.

    ·   Les premiers exemplaires ont été trouvés pour la première fois en Amérique, mais cette espèce a rapidement colonisé les autres continents et pays; elle est actuellement très répandue dans la faune urbaine de nos villes.

    ·   C'est ce que l'on appelle  "les Glandeurs"

     

     

    Il y a fort à parier que cette nouvelle espèce ne soit pas munie de

    …cette belle machine qu'est le cerveau…

     Un moyen de vérifier! Vous qui êtes toujours issu de l'ancienne espèce...C’est possible, à votre tour. Allons un peu d’effort...

     

    C'est vrai qu’au bout d'un peu de réflexion, on arrive a bien déchiffrer. 
    On refait le test tous les 2/3 ans pour voir si votre cerveau fonctionne toujours correctement. Déchiffrez le message.
    Juste un petit instant d'observation et ensuite ça va tout seul...
     cid:002701cf769c$39ec0aa0$6501a8c0@DIANEBUREAU

     

     

     

  • Caudalie

    Caudalie

    Étymologie: Du latin cauda (« queue »).

    1. (Œnologie) Mesure de la persistance aromatique du vin, en secondes.
      • Ce vin a 15 caudalies.

    2.      En œnologie, une caudalie est une unité de mesure qui exprime la durée d'expression en bouche des arômes du vin, elle se mesure après avoir avalé ou recraché le vin lors de sa dégustation. Il convient alors de ne pas faire circuler d'air (respiration), qui modifierait la perception.

    3.      Une caudalie équivaut à une seconde. On compte entre zéro (qui correspond à une absence totale de perception après dégustation) et une douzaine de caudalies en général lors de la dégustation du vin, la moyenne se situant souvent entre trois et neuf, il est possible pour les vins très expressifs d'en compter davantage, jusqu'à une vingtaine.

    4.   Cette perception étant différente pour chacun, les valeurs pour un vin ne sont pas exactes, mais reflètent une tendance. Elle est d'autant plus biaisée que chacun ne compte pas les secondes de la même manière si cela est fait approximativement.

    5.      On parle également de la persistance aromatique intense (PAI).

    L'auteur de l'article qui suit (lien) a bien raison de dire que ce mot est absent des dictionnaires.... ces notes ci-dessus proviennent de Wikipedia.

     

    http://www.culture-generale.fr/litterature/11962-le-mot-du-mercredi-caudalie?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Culturegenerale+%28Culture+g%C3%A9n%C3%A9rale%29

  • Café liégeois

    Bien que le sujet du café liégeois ait déjà été traité dans ce blog, la commémoration de la Grande Guerre (14 -18) a remis ce mets à l’honneur…

    Mais il s'agissait plutôt du parler du "goût liégeois en général. Pour mémoire vous pouvez consulter la page :

    http://aaeehl.skynetblogs.be/archive/2014/04/16/le-gout-wallon-8163744.html

     

    Non, le café liégeois n’a pas été inventé à liège. Le « Viennois » est en effet devenu «Liégeois» durant la Grande Guerre. 100 ans plus tard, les établissements de notre cité en ont néanmoins fait une de leurs spécialités.

    Le café liégeois et Liège, ce n’est pas qu’une histoire de gourmands. C’est bien plus. C’est  l’un des témoins de l’héroïsme liégeois durant la Première Guerre mondiale. A quelques mois des grandes commémorations qui auront lieu en Cité ardente, il était donc temps de lui rendre ses lettres de noblesse. Et c’est par le biais d’un grand concours lancé par l’Office du Tourisme de liège que c’est maintenant chose faite. La Ville de Liège a en effet décidé de lancer une grande "campagne de reconnaissance de ce patrimoine gourmand ». Un appel avait dès lors été lancé aux établissements Horeca à l’issue duquel 30 d’entre eux viennent de recevoir le label « Le Véritable Café Liégeois».

    Hier soir, huit établissements sélectionnés parmi les 30 labellisés (Espace Saveur, I’Ecailler, le Notger, Achille; A Pilori, le Bistrot d’en Face et Franchi) proposaient leur propre café liégeois à un jury composé de professionnels de la gastronomie, présidé par Guy Lemaire (« Télétourisme » et « En Voyage ») notamment sur la RTBF).

    Le but est de mettre en valeur ce symbole de la résistance liégeoise

    C’est la première fois qu'un tel concours est organisé. indique Elise Dereppe, porte-parole de l’Office du Tourisme. Il s’inscrit dans le cadre d’une mise en valeur de tout ce qui est "tourisme gourmand" à Liège par une grande promotion qui démarrera d’ici le mois de juillet. Et nous voulions entamer cette campagne en faisant valoir le café liégeois. Car évidemment il symbolise la résistance liégeoise durant la guerre 14-18 (voir encadré ci-contre, NDLR) - même  s'il a fallu longtemps pour le prouver formellement."

    Les 30 labellisés se retrouveront sur un plan distribué aux touristes

    L’objectif est donc que tous ces établissements labellisés et ceux primés se retrouvent sur un grand « plan » qui pourra notamment être distribué aux touristes qui, inévitablement lors des commémorations, voudront goûter la spécialité. Tout bénef, donc, pour les commerçants liégeois.

    Les résultats du concours

    Après avoir dégusté un par un et à l’aveugle chaque café liégeois (avec ou sans glace, alcoolisé ou pas avec une présentation originale ou sobre servi par les huit candidats, le jury a donc récompensé trois lauréats. En troisième place, le » café liégeois d’A Pilori En deuxième, celui de la brasserie Ô Cocottes (Crowne Plaza) et, sur la plus haute marche du podium, le café liégeois du Bistrot d’en Face. « C’était une rude épreuve car tout ce que nous avions goûté était de grande qualité,  lançait Guy Lemaire, à la fin du concours. Chacun a su mettre en valeur un produit qui après un siècle, on peut le dire. est devenu liégeois.

    Romain Cammereri

    Le vainqueur

    «Le café liégeois authentique»

     C’est le Bistrot d’en Face, situé rue de la Goffe, qui monte sur la 1° marche du podium. C’est une recette qu ‘on maîtrise depuis 20 ans. ce café liégeois a toujours été sur notre carte, commente Thierry Marée (85), le patron. accompagné de son chef de cuisine Sylvain Galère (88) et de son bras droit Célia Thiry. « Le nôtre est plus aromatisé que les autres. Il est servi dans un verre qui est lui aussi givré. Notre préparation se fait sans crème glacée, comme dans la recette authentique. Dedans il y a du café et de la crème bien évidemment mais aussi du pékêt - parce qu’on est quand même à Liège - et du cognac. Et il doit se déguster à une température de 2 degrés. »

    Le restaurateur confie par ailleurs que ses cafés liégeois sont généralement commandés par la moitié des personnes qui vient dans son établissement..

     Thierry et Sylvain dans le première cour de l'école d'Hôtellerie et de Tourisme de la Ville de Liège

    Caflieimg