&p=page_d_accueil &p=page_d_accueil

  • TR: Tradition janvier / février 2012

    Voici le dernier numéro paru de TRADITION, le revue des Anciens Elèves de l’Ecole d’Hôtellerie & de Tourisme de la Ville de Liège ; version un peu « allégée » !

    Nous espérons que les différents échos vous apporteront des nouvelles de vos anciens (ou anciennes) condisciples et si ces derniers sont installés que cela vous donnera l’envie d’aller leur dire bonjour…

    N’oubliez pas que les colonnes de Tradition vous sont ouvertes ainsi que ce blog si vous voulez faire passer une information.

     Sommaire :

    Le mot du Président ............................ 2
    La vie à l’Ecole..................................... 3
    Les échos............................................ 5
    Billet d’humeur..................................... 9
    Quand l’école mettait son vin en bouteille 9
    La recette du Chef............................. 11
    Humour.............................................. 23

     Le lien se trouve en bas de la page

     

    Rester en contact... c'est simple comme un email...

     

    Arthur Daine
    Tresorier

    A.A.E.E.H.L.
    Association des Anciens Eleves Ecole Hotellerie Liege
    En Hors Chateau, 13
    LIEGE B-4000

    aaeehl-tradition@yahoo.com

    fax :
    portable :

    03/400.52.03
    0486/704.921

     

    Toujours obtenir mes dernières infos

     

     



    tradition jan f

  • Vigne et vin

    De la Préhistoire à l'Antiquité

     

    On admet généralement que la vinification existe depuis plusieurs millénaires alors que la consommation de vin par l'homme paléolithique a probablement précédé la vinification, des restes archéologiques de pépins de vigne sauvage étant attestés il y a 11 000 ans. En l'état actuel de nos connaissances, l'une des premières vinification attestées a été découverte en Iran, au nord des monts du Zagros. C'est André Tchernia, archéologue et l'un des meilleurs spécialistes des vins de l'Antiquité, qui rapporte : « Les restes d'un résidu jaunâtre déposés sur la paroi d'une jarre néolithique, vieille de 7 000 ans, trouvée au Hajji Firuz Tepe, en Iran, se seraient révélés être un mélange d'acide tartrique et de résine. Il y aurait là, du même coup, le vin et le procédé de vinification les plus anciennement attestés » (Wikipedia)

     Dans l'Égypte ancienne, on sait que la viticulture était très organisée. Les fouilles archéologiques ont prouvé que 3 500 ans avant notre ère, la vigne y était cultivé.

    vin egypt

     La triade méditerranéenne : blé, huile, vin

    Sous l'Antiquité, le repas classique est frugal, basé sur la fameuse «triade méditerranéenne», à savoir le blé, l'huile d'olive et le vin. À cela s'ajoutent le poisson et la viande, selon la richesse du foyer. Cette base reste pérenne et se retrouve encore aujourd'hui dans les régions méridionales

    En Grèce, on se réunit d'abord pour consommer de la boisson dans des agapes bien codifiées : la première partie du banquet est alimentaire, on se remplit la panse de produits lourds (châtaignes et fèves) pour mieux prolonger la beuverie qui suit... car la deuxième partie sert à célébrer Dionysos, dieu du vin et des excès, uniquement entre hommes.

     Un ancien m’a fait parvenir cette présentation diapo. Cela devrait rappeler quelques souvenirs des cours d’oeno à l’école… C'est évidemment moins "pointu" que les cours de Norbert Theatre mais si vous avez tout oublié voici de quoi réveiller votre mémoire !!!

     
    Le_vin_MC.PPS

  • Vignes à Liège

     

    Enquête publique pour les vignes aux Coteaux

     

    lg-peri.jpg

     

    Vignes : Michel Firket demande à réviser le PCA

     Après quelques mois de tergiversations à propos de l’implantation de vignes sur les Coteaux, Michel Firket (CDH), échevin de l’Urbanisme, du Tourisme, de l’Environnement et du Développement durable, décide d’étudier légalement la question. « Le PCA date de 1941, explique-t-il. Depuis, les choses ont pas mal changé. Dans ce qui nous préoccupe, la dénomination d’espaces en zone verte et en zone parc contrarie les différents projets de vignes envisagées sur les Coteaux. » Entendez : les projets du maître du champagne, Vranken-Pommery, et la coopérative liégeoise « Vin de Liège ».

    Selon l’échevin, il s’agit d’aborder la proposition de manière objective : « Grâce à l’étude d’incidences, nous pourrons répondre aux questions et aux craintes sur les risques pour la santé, pour l’environnement, sur le problème de l’érosion des sols, sur le maintien ou non d’une partie boisée ou sur l’existence d’une zone tampon… »

    Le PCAR implique en effet une étude d’incidences qui serait menée par une équipe pluridisciplinaire déterminée suite à un appel d’offres. Pour le lancer, manque l’accord du gouvernement wallon, pour janvier ou février. Le rapport de l’auteur du projet serait attendu pour septembre ou octobre au plus tôt.

    Il reste que le scepticisme continue de régner parmi ceux que le projet inquiète. « Exercice de com’ ou réel engagement ? », questionnent les Amis de la Terre, qui doutent de la possibilité de débattre. Pour Madeleine Mairlot, représentante des riverains de Bueren et de la rue du Pery, le PCAR témoigne de la persistance du Collège : « Ils mettent tout en place pour que le projet puisse se réaliser un jour. Si on révise, ce n’est pas pour planter des fleurs ou un verger ! Nous ne sommes pas opposés à une petite vitrine ainsi qu’un centre du vin. Mais si cela reste dans des proportions raisonnables, une révision du PCA n’est pas nécessaire ! »

    La crainte d’une culture intensive est toujours prégnante. Freddy Ingenito, secrétaire du comité de quartier Saint-Léonard, juge quant à lui que le PACR arrive trop tard : « Tout cela manque de transparence. la Ville consulte après que le projet ait déjà été ficelé et ne peut pas être contrarié ! » L’enquête publique permettra aux différentes positions de s’exprimer.

     Valentine  Defraigne – Le Soir du Lundi 5 décembre 2011

      

    coteaux-impasse-vignette-rancoise_klauner.jpg

    Vranken-Pommery s’intéresse aux coteaux

     En janvier 2011, alors que le projet Vin de Liège était né sous forme de coopérative et médiatisé (décembre 2010), M. Vranken manifeste son intérêt à la Ville de mettre en place un projet sur plusieurs terrains, y compris celui des Filles de la Croix qui servirait de « vitrine » sur Liège, et qui serait source de fabrication d’un « crémant de Liège ».

     Le 28 avril, puis le 10 mai 2011, la Ville accueille Vin de Liège et Philippe Valentiny (architecte de Vranken en charge du projet) pour une concertation afin de discuter de la manière dont les deux projets pourraient cohabiter. Vin de Liège prépare pour ce faire un document contenant une dizaine de points de « rencontre possible », tels partenariats lors de foires et événements, mais aussi éventuellement la mise à disposition de stagiaires en insertion.

     C’est probablement sur base de ces deux rencontres que la Ville tiendra par la suite un discours selon lequel « des synergies sont possibles, des collaborations semblent promises », mais aucune collaboration n’est concrétisée à ce jour, et des précisions à ce sujet sont apportées dans la lettre aux coopérateurs du 16 septembre 2011

     Vin de Liège, constatant que Vranken-Pommery s’intéresse également au terrain des Filles de la Croix, « laisse tomber » ce terrain, ne désirant et ne pouvant pas « rivaliser » avec Vranken-Pommery. La Ville de Liège redirigera par la suite Vin de Liège vers un autre terrain, qu’ils trouveront début septembre au Fond Pirette, le parc de la Paix

     Voir aussi : http://www.vindeliege.be/